En deux mots

Designer graphique au nom imprononçable, la curiosité et l’expérimentation sont ce qui me définit le mieux. J’ai été diplômée avec mention à HEAD-Genève en 2015, avant d’explorer une petite partie du monde. Depuis 2016, je collabore avec le graphiste suisse Dimitri Delcourt sur de nombreux projets. En parallèle, j’ai aussi travaillé la moitié de l’année 2017 avec le studio LUST aux Pays-Bas. Ce sont les projets avec un engagement fort, principalement dans les domaines culturel et social, qui me portent le plus. J’aime aussi particulièrement travailler en équipe, où la diversité des compétences et des réflexions prend tout son sens.

Emplacement

Après un an et demi passé à La Haye (NL), je vis et travaille actuellement à la fois à Grenoble (FR) et à Genève (CH). Il n’est pas impossible que je sois n’importe où ailleurs, et un nouveau projet est toujours une bonne raison de bouger un peu plus.

Me contacter

Pour toute demande et autre mot doux, écrivez-moi à hello@sophieczich.com
© Sophie Czich — 2013-2018

info

Écologie graphique

2015 — CH — projet personnel
Projet photographique et éditorial sur la présence écrasante de signes dans la ville.

Le texte de Jérôme Denis et David Pontille « Écologie graphique et signalétique urbaine » traite du (non) sens de tous les signes qui font notre quotidien et de leur impact sur nos villes.

 

Ce projet personnel résulte à la fois d’un travail de mise en page de ce texte et de photographies.
Dans un premier temps, inspirée entre autres de l’esthétique des New Topographics, j’ai photographié la périphérie de Genève qui est à mes yeux en lien étroit avec ce que dénonce l’essai. La majorité des signalétiques, enseignes ou graffitis qui s’y trouvent se fondent dans un banal paysage, qu’ils contribuent à créer par leur présence massive.
Chaque élément typographique présent dans ces images a ensuite été décuplé, brouillé, pour interroger notre regard sur l’impact de ces signes dans nos villes, et comment ils la transforment.
En contraste avec ces images complexes, de larges surfaces blanches et la typographie « Raisonne » amènent de la force à l’essai, et créent un jeu entre texte et image.

Projets similaires